top of page

Intermediaries #2 • 2023

Diamètre des tasses : 52 mm

Diamètre des coupelles : 120 mm

Parchemin de chèvre, parchemin de chèvre teinté, parchemin de chèvre doré à la feuille d’or 24 carats, ébène, clous d'or laminés 14 carats

Acquisition

Espace muséographie du Pôle des Métiers d'Art du Pays Ségali à Sauveterre-de-Rouergue (Aveyron 12)

DSC04213-2_edited.jpg

La série de sculptures "Intermédiaries" est née d’une recherche autour de l’ornement « terpnopoïétique » (qui procure du plaisir). Cette réflexion s’appuie sur les travaux de l’historien de l’art Oleg Grabar et plus particulièrement sur sa théorie de l’ornement comme intermédiaire entre le spectateur et l’œuvre d’art. Il explique que "l'ornement se définit par le sentiment de plaisir que l'on ressent en le regardant. Ce n'est plus une chose, mais une émotion, une passion, une idée, qui affectent tout ce qui est créé par les artistes et les artisans. C'est une propriété de l'œuvre d'art qui transforme celui qui la regarde."

À partir d’objets quelconques, une tasse à café, une coupelle, des sucres, j’explore, par le biais de l’ornementation, cette transformation de l’ordinaire en extraordinaire, du commun en exceptionnel, de l’objet en œuvre d’art. L’ornement, ainsi poussé à son paroxysme, libère son potentiel émotionnel et questionne le spectateur sur son rapport à l’objet.

Cet ensemble de tasses et coupelles est entièrement réalisé à la main, en feuilles de parchemin de chèvre sculptées et superposées. Cette technique de sculpture sur parchemin a été inventée par les maitres luthiers européens des 16e et 17e siècles. Ces artisans sculptaient des rosaces en parchemin pour décorer l'ouïe - ouverture circulaire pratiquée dans les tables d'harmonie - des instruments de musique anciens tels que le clavecin, la guitare baroque, le luth ou encore la viole de gambe.

DSC04207-2.JPG
DSC04227-2.JPG
DSC04232-2_edited.jpg
DSC04261-2.JPG
DSC04248-2.JPG
bottom of page